Colère et périls dans les affaires

Monsieur T est indépendant, il me consulte par rapport à ses angoisses, quant à la pérennité de ses activités, il est gérant d’une concession automobile.
Ses affaires ne sont pas au beau fixe, le nombre de clients est en chute libre. Cela lui est déjà arrivé auparavant, il a déjà « fait du travail sur lui » à ce propos.
Ainsi, même s’il peut se dire qu’il est dans le creux de la vague et qu’elle ne saurait faire que remonter, il entre, malgré lui, dans un schéma mental plutôt négatif.

Je l’invite à s’exprimer sur la nature de ses angoisses, ses émotions par rapport à la situation :
« Je suis angoissé par rapport à l’évolution de l’activité, ……..je suis inquiet pour l’aspect financier, je m’en veux ….je doute de mes compétences … je n’ai pas conscience de ce qu’il faut faire pour maintenir ma clientèle. »
Je le questionne davantage afin de comprendre le fonctionnement de son activité, la cohérence entre les services offerts, lui-même, et ses outils communicationnels.
Soyons pragmatiques, il s’avère qu’il y a un peu d’ordre à remettre dans son organisation professionnelle, il voit vers où aller et comment procéder.

Nous revenons au ressenti, il réalise que la colère accompagne cette angoisse :
« je suis en colère contre mon père, contre ce qu’il me disait : les commerçants sont des escrocs, l’argent est sale, tout est trop cher, les garagistes sont des escrocs.
Evaluation de sa colère : 8 à 9/10

Premier Tour.
Inversion psychologique
Nous tapotons le point karaté : «  malgré la colère contre mon père, le fait que tout est trop cher, que les garagistes sont des escrocs, malgré que ce qu’il m’a enseigné qui est à l’origine de certains blocages, je m’accepte totalement et entièrement comme je suis. »
Nous faisons ensuite la séquence. Je reprends ces expression, et installe des liens illogiques entre les choses afin d’amener à la confusion, à l’humour, donc à la prise de distance aussi.
« Colère contre mon père, de sa faute je suis bloqué, les garagistes sont des escrocs, je suis un escroc, je suis sale avec l’argent, la faute à mon père…. »
A l’issue de ce premier tour, j’invite M. T à s’exprimer sur son ressenti.
Il dit se sentir un peu soulagé d’avoir identifié les racines du problème, comme un soulagement car il sait qu’il va pouvoir y remédier.
Evaluation de la colère : 6,5/10
Monsieur T s’exprime davantage sur la relation à son père, qui le faisait travailler sur chantier pour le franc symbolique quand il était enfant. Tout en parlant de son père il évoque, qu’actuellement aussi, il « travaille » gratuitement pour le confort du ménage. En effet, sa compagne, assistant à la baisse de son activité lui fait remarquer que puisqu’il a du temps libre, il peut l’optimiser à d’autres fins (ni gratifiantes, ni rémunérantes!)

J’invite Monsieur T à fermer les yeux, suggérant une légère induction hypnotique, je  l’invite à se mettre en présence de son père.
Qu’a-t-il envie de lui dire ? Que lui dit papa  de ce qui lui arrive maintenant ?
Il n’a rien envie de dire à son père, par contre lui, se montre bien plus loquace :
« Je t’avais prévenu, je savais où tu allais, je savais que t’allais ramer, la vie est dure, tu vois bien que j’avais raison. »
Je réinvite MT à répondre à son père, avec les mots qui lui viennent, en laissant libre cours à ce qu’il ressent, que ce qu’il dise fasse écho à son ressenti.
Il en ressort un très expressif et sincère : « Tu m’emmerdes !».
Deuxième tour :
Inversion psychologique :
« Malgré que j’en sois là, où mon père m’avait prévenu, malgré que je lui donne raison, et que ça me met en colère, je m’accepte totalement et complètement comme je suis. »
La séquence :
« La faute à mon père, je lui donne raison, il a raison, la vie est dure, tant mieux pour les clients, s’ils ne viennent pas ils ne paieront pas, toute façon l’argent est sale, la vie est dure, de la faute à mon père »
A l’issue de ce deuxième tour, je l’invite à se remettre en présence de son père, il en ressort qu’actuellement si MT   a des revenus de type passif, c’est grâce à son père, qui l’a ouvert à ces concepts.
Evaluation de la colère : 3 à 4/10
Monsieur T s’exprime au sujet de ce reste de colère :
« il aurait pu me transmettre uniquement du positif, comme il exigeait de moi d’être parfait, il aurait pu l’être aussi. J’ai toujours du réussir, jusqu’à m’en rendre malade, peut-être que maintenant je m’octroie l’autorisation d’échouer.

Je l’invite à se remettre en présence de son père, il le voit là, devant lui, avec son chapeau et cette fois un petit sourire, mais il est froid, son père finit par partir.
Je lui demande d’évaluer à nouveau sa colère. Elle est disparue, passée à 0.

Nous arrêtons de commun accord cette séance, MT se sent apaisé et voit concrètement comment agir pour donner une nouvelle impulsion à ses affaires.